LES 60è DELIRANTS Club du Rienfoutre
<div id="cont_ODMwNDd8NXwxfDN8NHxhZWZmMDB8OXxGRkZGRkZ8Y3wx"><div id="spa_ODMwNDd8NXwxfDN8NHxhZWZmMDB8OXxGRkZGRkZ8Y3wx"><a id="a_ODMwNDd8NXwxfDN8NHxhZWZmMDB8OXxGRkZGRkZ8Y3wx" href="http://www.meteocity.com/france/la-crau_v83047/" target="_blank" style="color:#333;text-decoration:none;">Météo La Crau</a> ©️ meteocity.com</div><script type="text/javascript" src="http://widget.meteocity.com/js/ODMwNDd8NXwxfDN8NHxhZWZmMDB8OXxGRkZGRkZ8Y3wx"></script></div>

L'EUROPE....

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Margot L'EUROPE....

Message  Mimi* le Dim 26 Juin - 20:02

Pour Vous rafraîchir la mémoire...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Europe(s)
Des clés pour comprendre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
ROYAUME-UNI,  FRANCE,  EUROPE,  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Brexit: quand de Gaulle disait non à l'Angleterre dans l'Europe
Par Pierre Magnan[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | Publié le 23/06/2016 à 09H19, mis à jour le 23/06/2016 à 09H24 

  • A+
  • A-
  • Print

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Conférence de presse du général de Gaulle à l'Elysée, le 29 juillet 1963.© AFP
14 janvier 1963. Le général de Gaulle donne une de ses conférences de presse dont il avait le secret. Le président de la République y explique son opposition à l’entrée du Royaume-Uni dans ce qui n’était alors que le «marché commun». Pour le président, cette entrée poserait «des problèmes d'une très grande dimension». Retour sur ce discours alors que le Royaume-Uni vote sur le «Brexit». 

Le processus d'adhésion du Royaume-Uni à la CEE remonte à 1961. Les conservateurs au pouvoir à Londres décident de cette adhésion à laquelle les travaillistes, pourtant réticents, ne s'opposent pas. Les négociations commencent le 10 octobre 1961 avec les Six. Elles sont difficiles, en raison des demandes de dérogations et d'exceptions des Britanniques. Le 14 janvier, lors de son intervention à l'Elysée, Charles de Gaulle met fin aux discussions.

Dans cette conférence de presse de janvier 1963, un journaliste pose la question au président de la République: «Pouvez-vous définir explicitement la position de la France face à l'entrée de l'Angleterre dans le marché commun et l'évolution politique de l'Europe?» 

Dans sa réponse, le général de Gaulle dresse un portrait de la Communauté économique européenne, composée alors de six pays, et une analyse de la politique britannique, de son histoire, de ses liens internationaux, avec les Etats-Unis notamment. Dans ce discours, on trouve des arguments qui sont toujours d'actualité, tant en ce qui concerne les fondements de l'Europe, son élargissement, que sur les demandes et spécificités britanniques. 

«Bien, voilà une question très claire à laquelle je vais m'efforcer de répondre clairement», affirme le général avant de développer sa pensée dont nous reproduisons ci-dessous les principaux extraits ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et pour voir la vidéo dans son cadre INA avec la possibilité de voir le minutage, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).

La partie de la conférence explicitement consacrée au Royaume-Uni commence à la 26e minute.  
[size]

«Dans cette très grande affaire de la communauté économique européenne et aussi dans celle de l'adhésion éventuelle de la Grande-Bretagne, ce sont les faits qu'il faut d'abord considérer. Les sentiments, si favorables qu'ils puissent être ou qu'ils soient, ces sentiments ne sauraient être invoqués à l'encontre des données réelles du problème. Quelles sont ces données?», s’interroge le président.

«Six Etats continentaux»
«Le traité de Rome a été conclu entre six Etats continentaux. Des Etats qui économiquement parlant sont, on peut le dire, de même nature. En effet, qu'il s'agisse de leurs productions, industrielle ou agricole ou bien de leurs échanges extérieurs ou bien de leurs habitudes, et de leurs clientèles commerciales, ou bien de leurs conditions de vie et de travail, il y a entre eux beaucoup plus de ressemblances que de différences. D'ailleurs ils sont contigus et ils s'interpénètrent, ils se prolongent les uns les autres par leurs communications, et c'est donc un fait que de les grouper, et de les lier entre eux de telle façon que ce qu'ils ont à produire, à acheter, à vendre, à consommer, et bien ils le produisent, l'achètent, le vendent, le consomment de préférence dans leur propre ensemble, ça c'est conforme aux réalités. Il faut ajouter d'ailleurs qu'au point de vue de leur développement économique, de leur progrès social, de leur capacité technique, ils sont, en somme, du même pas. Et ils marchent d'une façon fort analogue. Encore se trouve-t-il qu'il n'existe entre eux aucune espèce de griefs politiques, aucune question de frontière, aucune rivalité de domination, de puissance. Et puis au contraire, ils sont solidaires, ils se sentent solidaires. Au point de vue, d'abord de la conscience qu'ils ont de détenir ensemble une part importante des sources de notre civilisation. Et aussi quant à leur sécurité, parce qu'ils sont des continentaux et qu'ils ont devant eux une seule et même menace d'un bout à l'autre de leur ensemble territorial et puis enfin ils sont solidaires par le fait qu'aucun d'entre eux n'est lié au dehors par aucun accord politique, ni militaire particulier. Alors il a été psychologiquement et matériellement possible de faire une communauté économique des six. D'ailleurs ça n'a pas été sans peine quand le traité de Rome a été signé en 1957, c'était après de longues discussions. Et quand il fut conclu pour qu'on puisse réaliser quelque chose il fallait que nous autres Français, nous mettions en ordre dans les domaines économiques, financiers, monétaires, etc. Et ça a été fait en 1959. A partir de ce moment-là la Communauté était en principe viable mais il fallait alors appliquer le traité. Or ce traité qui était assez précis, assez complet à propos de l'industrie, ne l'était pas du tout au sujet de l'agriculture. Et cependant pour notre pays il fallait que ce fût réglé. Il est bien évident en effet que dans l'ensemble de notre activité nationale, l'agriculture est un élément essentiel. Nous ne pouvons pas concevoir et nous ne voulons pas concevoir un autre marché commun dans lequel l'agriculture française ne trouvera pas des débouchés à la mesure de sa production. Et nous convenons d'ailleurs que parmi les six, nous sommes le pays pour lequel cette nécessité-là s'impose de la manière la plus impérative. C'est pourquoi quand en janvier dernier on pensa à mettre en œuvre la deuxième phase du traité. Autrement dit, un commencement pratique de l'application. Nous avons été amenés à poser comme condition formelle l'entrée de l'agriculture dans le marché commun. Cela fut finalement accepté par nos partenaires. D'ailleurs il y fallut des arrangements très complexes et très difficiles et encore certains règlements sont toujours en cours.»
 
L’Angleterre a des «habitudes et des traditions très marquées, très originales»
Puis De Gaulle s’interroge sur le Royaume-Uni qui déjà selon lui pose ses conditions.
«La Grande-Bretagne a posé sa candidature au Marché Commun. Elle l'a fait après s'être naguère refusée à participer à la Communauté qu'on était en train de bâtir. Et puis ensuite après avoir créé une zone de libre échange avec six autres Etats, et puis enfin après avoir, je peux bien le dire, on se rappelle les négociations qui ont été menées si longuement à ce sujet, après avoir fait quelques pressions sur les six, pour empêcher que ne commence réellement l'application du marché commun. Enfin l'Angleterre a demandé à son tour à y entrer mais suivant ses propres conditions. Cela pose sans aucun doute à chacun des six Etats et ça pose à l'Angleterre des problèmes d'une très grande dimension.

L'Angleterre, en effet elle, est insulaire. Elle est maritime. Elle est liée par ses échanges, ses marchés, ses ravitaillements aux pays les plus divers, et souvent les plus lointains. Elle exerce une activité essentiellement industrielle et commerciale, et très peu agricole. Elle a dans tout son travail des habitudes et des traditions très marquées, très originales. Bref, la nature, la structure qui sont propres à l'Angleterre diffèrent profondément de celle des continentaux.

Comment faire pour que l'Angleterre telle qu'elle vit, telle qu'elle produit, telle qu'elle échange, soit incorporée au Marché commun tel qu'il a été conçu et tel qu'il fonctionne. Par exemple, les moyens par lesquels se nourrit le peuple de la Grande-Bretagne et qui est en fait l'importation de denrées alimentaires achetées à bon marché dans les deux Amériques ou dans les anciens Dominions, tout en donnant, en accordant des subventions considérables aux agriculteurs anglais.

Ce moyen-là est évidemment incompatible avec le système que les six ont établi tout naturellement pour eux-mêmes. Le système des six ça consiste à faire tout avec les produits agricoles de toute la Communauté. A fixer rigoureusement leur prix. A interdire qu'on les subventionne. A organiser leur consommation entre tous les participants. Et à imposer à chacun de ces participants de verser à la Communauté toute économie qu'il ferait en faisant venir du dehors des aliments au lieu de manger ce qu'offre le marché commun. encore une fois, comment faire entrer l'Angleterre telle qu'elle est dans ce système-là.
»
 
Une Europe à «onze. Et puis à treize. Et puis peut-être à dix-huit»
«La question est posée d'autant plus qu'à la suite de l'Angleterre, d'autres Etats qui sont, je le répète, liés à elle par la zone de libre échange, pour les mêmes raisons que la Grande-Bretagne voudraient ou voudront entrer dans le Marché Commun, il faut convenir que l'entrée de la Grande-Bretagne d'abord et puis ceux de ces Etats-là changera complètement l'ensemble des ajustements, des ententes, des compensations, des règles qui ont été établis déjà entre les six, parce que tous ces Etats comme l'Angleterre ont de très importantes particularités. Alors c'est un autre marché commun dont on devrait envisager la construction. Mais celui qu'on bâtirait à onze. Et puis à treize. Et puis peut-être à dix-huit. Elle ne ressemblerait guère sans aucun doute à celui qu'ont bâti les six. D'ailleurs cette Communauté s'accroissant de cette façon verrait se poser à elle tous les problèmes de ces relations économiques avec toute sorte d'autres Etats et d'abord avec les Etats-Unis. Il est à prévoir que la cohésion de tous ses membres qui seraient très nombreux, très divers n'y résisterait pas longtemps.»
 
«Un grand peuple»
«Et la considération, le respect qui sont dus à ce grand Etat, à ce grand peuple n'en seront pas altérés le moins du monde. Ce que l'Angleterre a fait à travers les siècles dans le monde est reconnu comme immense, bien qu'il y eut souvent des conflits avec la France. La participation glorieuse de la Grande-Bretagne à la victoire qui couronna la première guerre mondiale, nous Français, nous l'admirerons toujours.Et alors, quant au rôle qu'a joué l'Angleterre dans le moment le plus dramatique et décisif de la deuxième guerre mondiale, nul n'a le droit de l'oublier. En vérité le destin du monde libre est d'abord le nôtre et même celui des Etats-Unis et celui de la Russie ont dépendu dans une large mesure de la résolution de la solidité du courage du peuple anglais tel que Churchill a su les mettre en œuvre. Et actuellement personne ne peut contester la capacité et la valeur britannique. Alors je le répète, si les négociations de Bruxelles ne devaient pas actuellement aboutir, et bien rien n'empêcherait que soit conclu entre le Marché commun et la Grande-Bretagne un accord d'association de manière à sauvegarder les échanges. Et rien n'empêcherait non plus que ce soient maintenues les relations étroites de l'Angleterre et de la France. Et que se poursuive et se développe leur coopération directe dans toute espèce de domaine et notamment scientifique, technique et industriel, comme d'ailleurs les deux pays viennent de le prouver en décidant de construire ensemble l'avion supersonique Concorde»
 
L’avenir
«Enfin, il est très possible que l'évolution propre à la Grande-Bretagne et l'évolution de l'univers portent peu à peu les Anglais vers le Continent. Quels que soient les délais que puisse demander l'aboutissement.» 
 
Dans la suite de sa conférence de presse, le général de Gaulle aborde les questions de défense et notamment l’indépendance et l’autonomie de la défense française. Or, aux yeux de de Gaulle, le Royaume-Uni est dans ce domaine un satellite des Etats-Unis. Un argument sans aucun doute clef dans le refus du général de voir Londres rejoindre l'Europe. Il s'agit d'un thème majeur de sa politique qui aboutit en 1966 au retrait de la France du commandement intégré de l’Otan.

Le 29 janvier 1963, la France met officiellement fin aux négociations entre la CEE et Londres sur l'entrée du Royaume-Uni dans l'Europe. Le Royaume-Uni entre finalement dans l'Europe en janvier 1973."


[/size]
Il y a donc longtemps que c'est la merde!!! 




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 "Ici on peut déposer... ses délires, ses coups de gueule, ses coups de bluzz... ses joies... ses questionnements... Ici on peut se lâcher sans être jugé... mais si on a pas d'humour... il vaut mieux passer son chemin..." (Mimi*)
avatar
Mimi*
Admin

Messages : 21810
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 86
Localisation : Au soleil... en principe...

Revenir en haut Aller en bas

Margot Re: L'EUROPE....

Message  Sans* le Lun 27 Juin - 9:12

heuuuuuuuu je sais pas j'étais pas né ..... et puis j'ai même pas lu ... tellement je m'en fout ....!!!
avatar
Sans*
Administrateur
Administrateur

Messages : 9384
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 61
Localisation : En bas à droite...

http://parolesdephotos.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Margot Re: L'EUROPE....

Message  Marie Thérèse le Lun 27 Juin - 16:52

Rocart hier s'est félicité du Brexit ; il dit que l'Angleterre était un frein et que maintenant on pourra faire des choses plus intéressantes avec l'outil Europe
avatar
Marie Thérèse

Messages : 1794
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 68
Localisation : bougeotte grave mais le plus souvent en Dordogne

Revenir en haut Aller en bas

Margot Re: L'EUROPE....

Message  Mimi* le Lun 27 Juin - 20:29

Attention  Alors... Bon débarras !!  Na!   Bravo




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 "Ici on peut déposer... ses délires, ses coups de gueule, ses coups de bluzz... ses joies... ses questionnements... Ici on peut se lâcher sans être jugé... mais si on a pas d'humour... il vaut mieux passer son chemin..." (Mimi*)
avatar
Mimi*
Admin

Messages : 21810
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 86
Localisation : Au soleil... en principe...

Revenir en haut Aller en bas

Margot Re: L'EUROPE....

Message  Sans* le Mar 28 Juin - 9:09

Wouuuuais .... je reste perplexe ....!!!!
avatar
Sans*
Administrateur
Administrateur

Messages : 9384
Date d'inscription : 21/03/2010
Age : 61
Localisation : En bas à droite...

http://parolesdephotos.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Margot Re: L'EUROPE....

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum